Ground Zero



C'était la première fois que le téléphone de Sigve Eggen sonnait au milieu de la nuit. Il s'attendait toutefois à ce que cela arrive tôt ou tard, on pouvait avoir besoin de son expertise à tout moment.

En revanche, qu'il soit appelé en urgence à 2 heures 30 du matin était tout sauf de bon augure : Sigve était coordinateur en chef du Centre de Commandement Spécial de Scandinavie. En d'autres termes, il était une référence dans la conception des contremesures communes à toutes les installations de la Fondation. Mais il était aussi la personne qui était appelée lorsque ces contremesures s'avéraient insuffisantes voire inefficaces et que la situation n'était plus totalement sous contrôle.

Il est évidemment impossible de tout prévoir, surtout lorsque l'Anormal est impliqué, mais Sigve pouvait heureusement compter sur ses subalternes pour gérer les fausses alertes et les situations de moindre importance. Même à cette heure, plusieurs coordinateurs seniors restaient sur le qui-vive.


Le transpondeur du site Algiz cesse d'émettre à 2h06. Les logs des heures précédentes ne révèlent rien d'anormal.

Les stations sismiques ont détecté une secousse de magnitude 5.

On envoie des hélicoptères avec des projecteurs en reconnaissance, ils constatent que les arbres sont couchés dans un rayon de 2 km.

Nuage de fumée marron-noir au sol + quelques incendies
=> l'explosion a eu lieu au sol => les retombées seront importantes dans la zone

Les hélicoptères reçoivent l'ordre d'évacuer la zone et de rentrer à la base pour decon.

On appelle une FIM spécialisée dans les milieux radioactifs

On établit une zone d'exclusion de 30 km


Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License